412486_451267248239160_2097678145_o Quand j'étais petite je voulais être vétérinaire, ou éleveuse de chiens, oui quand j'étais petite j'étais comme toutes les petites filles ou presque j'aimais les animaux. Mais ce que je préférais c'était de jouer avec les cailloux, j'aimais en glisser quelques-uns dans ma poche c'était mes amis. Je croyais qu'ils me murmuraient des choses les cailloux. Quand j'étais petite je dormais avec mon nournours je l'avais appelé "Plume" parce qu'il était léger comme une plume, il était tout doux, il y avait un côté jaune et l'autre violet, je le serais très fort la nuit. Quand j'étais petite je me promenais dans les bois pendant des heures, je m'allongeais en dessous d'un arbre et je m'endormais dans les hautes herbes. Quand j'étais petite j'avais un petit chien bien gentil. Quand j'étais petite j'avais tellement de jouet que je les classais les mettais à la queue leuleu. Quand j'étais petite je croyais que le vent c'était le murmure des morts et ça me rassurais je n'étais plus tout seul dehors. Quand j'étais petite j'avais peur du noir, peur de ce qui se cachait dans les catacombes de mon esprit, j'avais peur que surgisse un monstre en dessous de mon lit. Quand j'étais petite je me réveillais en sueur, j'avais peur, du noir, de dormir, que m'a respiration s'arrête, de mon battement de coeur, des fantômes, de mes cauchemars, de la petite fille au fond de mon couloir, de l'homme sans tête, d'une tête dans un tiroir.

Quand on est petit, on vit la vie autrement. Les rêves deviennent des désillusions. Je n'étais pas assez forte pour faire des études pour devenir vétérinaire. J'ai fait un stage dans un élevage de chien qui m'a dégouté des yorkshires. Les cailloux je les mettais dans ma poche parce que j'avais peur de m'envoler et comme je n'avais pas beaucoup d'amis, j'avais l'impression de me sentir entouré. Se n'était pas vraiment une forêt là où je m'allongeais c'était bien en dessous d'un arbre, mais il y avait un ravin et si je m'approchais trop, je serais doute tombé sur les raille du train qui passait en dessous. Mes jouets je les classais parce que la nuit j'aimais savoir à qui appartenait cette ombre. Je faisais des tas de cauchemars, sans jamais avoir vue un seul film d'horreur. Le monstre que je croyais en dessous de mon lit n'était que les battements de mon coeur.

 

Alors, quand on est petit on a beaucoup d'imagination dans un monde trop grand pour nous. Mais lorsque j'étais petite j'étais dans mon univers et est-ce que ça fait de moi quelqu'un de bizare? J'ai développé mon imagination à cette époque et j'espère qu'aujourd'hui ou demain ça sera toujours pareil. Je ne pense pas comme les autres, même moi parfois je m'y perds entre la réalité et le rêve. Mais est-ce que les gens qui ne vivent plus comme ça son meilleur que moi, est-ce que ces gens sont plus heureux?

 Parce que vivre normalement dans un monde où tout va de travers, c'est d'être atteints de folie.